11 juillet 2015

Vincent Blanchette nouveau champion du Duc de Kent

(Québec) Après un difficile début de ronde, Vincent Blanchette est passé en deuxième vitesse en après-midi pour remporter le 81e Duc de Kent, samedi au Royal Québec.

Le golfeur de 22 ans a enfilé son premier veston à carreaux en carrière en retranchant trois coups à la normale sur les neuf derniers trous. Deuxième au Duc de Kent en 2012 et champion du Alexandre de Tunis, l’an dernier, Blanchette n’en est pas à ses premiers faits d’armes dans le golf amateur québécois. N’empêche, la victoire de samedi avait une saveur particulière.

«Le Duc, c’est vraiment plaisant. Il y avait tellement de monde qui nous suivait», a souligné tout sourire l’ancien hockeyeur, qui a notamment joué pour les Saguenéens de Chicoutimi (LHJMQ). «Ça donne un peu de l’adrénaline et, moi, je carbure à la pression. Je joue au golf pour ces moments-là.»

Prenant le départ devant plus de 150 spectateurs, les trois golfeurs du groupe de tête ont peiné à se mettre en marche. Blanchette, Joey Savoie et Jacob Petersen étaient tous au-dessus la normale sur leurs neuf trous de la journée.

«Au début, mes fers ne marchaient pas bien, mais je savais qu’il y avait beaucoup de golf à venir», a expliqué Blanchette, qui étudie maintenant à l’Université Gardner-Webb, en Caroline du Nord. Son dernier oiselet, obtenu après une superbe approche lobée par-dessus un sapin au 17, lui a donné une avance de deux coups sur le groupe de quatre meneurs provisoires, qui attendaient avec intérêt la fin de sa ronde.

«Ça me donnait un coussin juste avant d’arriver au 18e. C’est ce qu’il me fallait.»

La victoire de Blanchette signait un cinquième triomphe consécutif par un golfeur du club de Pinegrove dans les tournois de la triple couronne du golf québécois. «Je ne sais pas trop ce qu’on mange!» a lancé le vainqueur.

Savoie, meneur après la première ronde pour une deuxième année consécutive, a encore vu la victoire lui glisser entre les doigts. «Je suis très déçu, mais c’est un tournoi de deux rondes. Le golf, je vois ça comme un marathon et ça, c’est un sprint.» Le vieux copain de Blanchette a joué cinq coups au-dessus de la normale en l’espace de trois trous en début de ronde. «Je me suis battu pour revenir, mais ça m’a coûté la victoire.»

Référence :
http://www.lapresse.ca/le-soleil/sports/golf/201507/11/01-4884793-vincent-blanchette-nouveau-champion-du-duc-de-kent.php